Fantasy, Science-Fantasy

L’héritage d’Hastur (Romance de Ténébreuse, tome 15), de Marion Zimmer Bradley

Genre : Science-fantasy.
Première édition : 1975 (The Heritage of Hastur).
Présentation de l’éditeur : « Régis Hastur a quinze ans. Héritier d’une grande famille, il deviendra l’un des maîtres de Ténébreuse. Seulement il ne révèle aucun des pouvoirs psi héréditaires. Il est comme un infirme. Alors il veut partir, voyager dans les étoiles.
Il voit surtout son malheur à lui, son choix à lui. Pourtant les signes se multiplient. Les pouvoirs se font rares, les dynasties s’éteignent.
Et Régis devient cadet dans la Garde Comyn. Il a beaucoup à découvrir. Les joies de l’amour. Les horreurs de la haine. Le fiel de l’injustice. Et l’infamie d’antan qui lui a coupé les ailes avant qu’il ait pu s’en servir.
Dans sa quête, il devra aussi affronter la toute-puissance du feu qui dévore les forêts, brûle au cœur des rebelles et qui, un jour, anéantira l’univers. Changer la vie ? Sans doute. Mais ceux qui promettent le paradis sur Ténébreuse risquent fort de vouer la planète aux flammes de l’enfer.
« 

Ma chronique :

Régis, l’héritier des Hastur qui dirigent Ténébreuse, est un jeune homme dépourvu du laran qui rêve de voir les autres planètes de l’Empire Terrien. Mais sur son monde, il est prisonnier de son statut et souffre de devoir suivre le chemin déjà tracé de sa vie. Lew, quant à lui, est un mi-Comyn, mi-Terrien, méprisé par sa caste, que son père a imposé comme son héritier pour son Domaine. Amis d’enfance, ils ont pour point commun de ne pas aimer leur vie.

Alors que Régis doit faire ses années dans la Garde Comyn, Lew, plus âgé, est envoyé par son père enquêter sur ses cousins Aldaran qui semblent le pas respecter le Pacte — ce principe de Ténébreuse qui interdit l’utilisation de toute arme à distance — et trop proches des Terriens.

Ce roman à deux voix ressemble à première vue à un roman d’apprentissage, mais il est aussi l’un des plus sombres de la saga. Il est étonnant de voir des adolescents privilégiés dans le monde de Ténébreuse se plaindre de leurs sorts, cependant l’auteure nous montre des aspects dangereux du laran ; notamment avec le personnage de Danilo, cet ami de Régis qui souffrira des manipulations d’un de ses aînés. Le sujet du harcèlement sexuel et de la honte de la jeune victime est ouvertement traité dans ce tome. L’injustice de la société ténébrane, où les non-Comyns sont sacrifiés, est aussi mis en lumière.

Le récit n’est pas exempt de quelques défauts, comme voir l’héritier des Hastur partir sans protection dans une région dangereuse, ou des passages de bavardages de l’auteure (MZB aime les bavardages). Il n’en reste pas moins une histoire plus mature que d’autres tomes avec une fin sombre… mais ce sont deux personnages que nous retrouverons dans la saga !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s