Fantasy, Science-Fantasy

La Cité Mirage (Romance de Ténébreuse, tome 11), de Marion Zimmer Bradley

Mon avis : 17/20.

Genre : Science-fantasy.
Première édition : 1984 (City of Sorcery).
Présentation de l’éditeur : « Très loin, sur l’horizon, dans les rougeurs du soir, les gens de Ténébreuse peuvent contempler, à travers les brumes diaphanes, les hauteurs colossales des Heller, qui font le tour de l’univers connu. Un jour, au cours d’une reconnaissance aérienne, une Terrienne y aperçoit une ville qui n’est pas marquée sur les cartes. Aussitôt après, elle se crashe et se retrouve, amnésique, à Thendara. Grâce à Magda Lorne et à Jaelle sa sœur d’armes, elle retrouve la mémoire et repart pour les Heller à la recherche de la cité perdue dans les neiges éternelles. Un impossible voyage en haut du monde où quelques Amazones bravent les éléments pour trouver la sagesse auprès des sœurs de la noire Sororité. Plusieurs trouveront la mort au bout de la route ; d’autres épuisées, choisiront de revenir à Thendara ; d’autres, enfin, auront la force de continuer leur quête… mais trouveront-elles jamais la Cité Mirage ?« 

Ma chronique :

Lexie, une Terrienne jalouse de la réputation de Madga, pilote un astronef et s’écrase. Peu après, elle réapparaît de façon inexpliquée à Thendara, et prétend qu’elle a survolé une cité inconnue. Plusieurs femmes, dont Madga et Jaelle, vont la suivre au cours d’un périple mouvementé, pour retrouver cet endroit dont parlent certaines légendes ténébranes.

Ce roman qui conclut la trilogie des Renonçantes est un voyage au bout de soi-même pour chacune des protagonistes. Dans le froid, le gel, les tempêtes, les chutes, le danger, elles devront chercher au fond d’elles-mêmes le courage d’avancer. L’ennemi diffus et insaisissable les oblige à se surpasser. En proie au doute, Magda — la narratrice — s’interrogera sur le sens de son existence, tout comme ses compagnes de route.

Les failles des personnages sont sources de tension pour le groupe, et le récit explore le thème de la sororité : pas seulement la Sororité suggérée dans le tome précédent, mais aussi les équipes de femmes qui ne peuvent s’en sortir qu’unies.

Ce tome est un des bons romans de la saga, et nous laisse entrapercevoir un des mystères les plus intrigants de Ténébreuse.

Mon avis : 17/20.

4 réflexions au sujet de “La Cité Mirage (Romance de Ténébreuse, tome 11), de Marion Zimmer Bradley”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s