Fantasy, Science-Fantasy

L’étoile du danger (Romance de Ténébreuse, tome 12), de Marion Zimmer Bradley

Mon avis : 12/20.

Genre : Science-fantasy.
Première édition : 1965 (Star of Danger).
Présentation de l’éditeur : « Quand Larry Montray revêtit son costume de Ténébran, il eut d’abord l’impression de se déguiser ; puis, dans la glace qui reflétait sa silhouette, il crut entrevoir une couche plus profonde de sa personnalité. Larry avait seize ans : pour les Ténébrans, il était majeur, en âge de porter l’épée. Son père avait un point de vue très différent. Comme tous les employés de l’astroport, il pensait que les Terriens étaient là pour faire du commerce et n’avaient aucune raison de rechercher l’amitié des autochtones, eux-mêmes très méfiants. Mais Larry était poussé par une soif d’inconnu (une « infernale curiosité », disait son père) qui lui inspirait des initiatives peu orthodoxes. Il était fasciné par cette planète étrange. Il avait envie de s’y faire des amis et ne s’attendait pas du tout aux graves ennuis qu’il allait leur causer. Il était prêt à donner beaucoup et n’avait pas conscience de son extraordinaire aptitude à déstabiliser. Toute l’affaire s’est passée il y a bien longtemps. Mais la planète Ténébreuse n’a pas oublié Larry Montray.« 

Ma chronique :

Sur Ténébreuse, le jeune Larry Montray, fils de Wade Montray déjà rencontré dans d’autres romans du cycle, est fasciné par ce monde et désire le découvrir, au contraire de la majorité de ses compatriotes. Il s’aventure dans les bas-fonds de la capitale, est attaqué par des voyous et sauvé par Kennard Alton, l’héritier d’une des plus grandes familles locales. Très rapidement, Larry est invité par Kennard dans son domaine et affronte les dangers de la planète.

Ce roman est l’un des premiers écrits de ce cycle, alors que l’auteure n’avait pas figé son univers : ceux qui connaissent la saga y repéreront de nombreuses incohérences avec les tomes postérieurs, que ce soit dans la vie ténébrane ou dans le profil de certains personnages. Mais ce n’est pas gênant pour la lecture de ce récit, qui sert avant tout à mettre en lumière les incompréhensions entre deux sociétés très différentes, à un moment clef de l’histoire de la planète.

Par contre, l’intrigue elle-même est d’un intérêt relativement mineur : deux adolescents apprennent à se connaître et s’apprécier malgré leur différence de culture, ils parcourent des zones inconnues de ténébreuses et surmontent les dangers ensemble. Malgré tout, le roman offre peu de surprises et manque d’enjeu : il n’est pas le plus palpitant du cycle, loin de là.

Mon avis : 12/20.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s