Cosy mystery, Policiers et Thrillers

Rendez-vous avec le mal (Les Détectives du Yorkshire 2), de Julia Chapman

Genre : Policier (Cosy Mystery).
Première édition : 2017 (Date with Malice).
Présentation de l’éditeur : « La mort n’est pas de tout repos.
Quand Mme Shepherd vient voir Samson O’Brien à l’Agence de Recherche des Vallons, convaincue que quelqu’un essaie de la tuer, le détective privé pense avoir affaire à une vieille dame un peu sénile. Pourtant, après une série de curieux incidents à la maison de retraite de Fellside Court, il se demande s’il n’aurait pas dû prendre la chose un peu plus au sérieux…
Alors que Noël approche, Samson se lance dans une enquête qui l’oblige à renouer avec les habitants de Bruncliffe, ceux-là mêmes qu’il a fuis une dizaine d’années auparavant et qui le traitent à présent comme un paria. Et qui mieux que la tempétueuse Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de Rencontre des Vallons, peut l’aider à regagner leur confiance ?
Deuxième volet d’une série so british, Rendez-vous avec le mal est un polar drôle, plein de charme et au casting haut en couleur.
« 

Ma chronique :

Dans ce deuxième tome de la série des Détectives du Yorkshire, nous retrouvons Samson et Delilah (oui) dans cette campagne du nord de l’Angleterre, empêtrés dans leurs problèmes personnels et se laçant dans des enquêtes a priori dignes des chiens écrasés, sauf quand le fil des écheveaux se révèle plus complexe.

Dans une atmosphère évoquant certains téléfilms britanniques mettant en scène les petites villes verdoyantes, nos deux protagonistes vont passer une grande partie de leur temps dans une résidence pour personnes âgées, avec évidemment des personnages hauts en couleur. Vol de bétail ou mort suspecte, Delilah se mêle des enquêtes de Samson et les relations initialement tendues entre eux évoluent. Il n’est pas sorcier de deviner quelle sera la fin de la saga à ce sujet.

Même si cette enquête n’a rien d’exceptionnel pour qui lit régulièrement des romans policiers, elle se laisse découvrir grâce à une atmosphère si anglaise et quelques caractères rarement vus dans les récits de cosy mystery, comme les fermiers revêches et sales (jusqu’à la caricature ; je doute que cette caricature d’agriculteur existe encore aujourd’hui).

Le roman est rythmé, même si j’ai regretté que quelquefois l’auteure fasse exprès de cacher ce qu’un des protagonistes lisait ou s’apprêtait à faire. Heureusement, le suspens ne dure que quelques pages : ici nous sommes proches d’une facilité d’écriture adaptée aux séries télévisées, mais pas à un roman.

Malgré tout, un roman agréable à lire, typique du livre à amener sur la plage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s