Fantasy, Fantasy Historique

Le Dragon des Arcanes (Les Lames du Cardinal 3), de Pierre Pevel

Mon avis : 16/20.

Genre : Fantasy.
Première édition : 2010.
Présentation de l’éditeur : « Un immense dragon noir menace Paris. C’est du moins les informations dont disposent les fameuses Lames du Cardinal. Mais l’ordre des Soeurs de Saint-Georges, pourtant chargé de contrer les dangers draconiques, ne semble pas décidé à intervenir et fait même obstruction à l’enquête d’Agnès de Vaudreuil. Les hommes du capitaine La Fargue ont déjà payé un lourd tribut à la défense du royaume de France, mais il se pourrait que cette mission soit la plus difficile. Qui se cache vraiment derrière le complot qui se prépare ? Des forces incontrôlables n’ont-elles pas été libérées ? Dernier tome d’une série qui rend brillamment hommage aux meilleurs romans de cape et d’épée, Le dragon des Arcanes est une oeuvre de fantasy historique remarquable, déjà traduite en dix langues. »

Ma chronique :

Agnès de Vaudreuil pénètre avec son ami Ballardieu dans le Mont Saint Michel, fief des Sœurs de Saint-Georges, à la recherche du fils de son ami. Faite prisonnière par les Gardes de Saint-Georges, elle est amenée en cachette à Paris et détenue prisonnière. Pendant ce temps, elle continue à avoir des visions d’un Paris ravagé par les flammes.

Pour ce dernier volet de la trilogie, nous retrouvons avec plaisir nos héros, mais dès le départ nous comprenons que le ton sera différent et l’ambiance plus sombre, car l’une des Lames se sacrifie pour en sauver une autre dès le début du roman. Toujours aux ordres de Richelieu mais combattant plus frontalement des dragons, les Lames du Cardinal voient approcher la fin de leur compagnie, malgré l’attachement profond qui les lie.

Dans une France qui se prépare à une nouvelle guerre contre la Lorraine, et où des clans obscurs cherchent à jouer leur propre partition, les vraies allégeances des uns et des autres sont découvertes au fil des chapitres, permettant de relancer les intrigues. Et comme toujours dans cette saga, les amateurs de Capes et d’Épées seront comblés !

Toutefois, en plus d’un recours trop régulier aux deus ex machina, le roman souffre de quelques incohérences scénaristiques qui nuisent un peu à la crédibilité de l’ensemble. De plus, les principaux personnages évoluent peu tout au long de la saga, ce qui est bien dommage. Malgré tout, l’auteur s’est plu à nous offrir un final grandiose, où chacun de ses protagonistes accomplit sa destinée.

Mon jugement final sur la saga reste moins dithyrambique que celui de beaucoup d’amateurs de Fantasy : la lecture est très plaisante, la trame pleine de rebondissements et on visualise très bien les scènes, comme au cinéma. Malgré tout, je trouve qu’il manque ce « quelque chose » qui marque le lecteur, car on reste dans le divertissement.

Mon avis : 16/20.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s