Science-Fiction, Space-Opera

Emissaires des morts (Andrea Cort, Tome 1), d’Adam-Troy Castro

Genre : Science-Fiction.
Première édition : 2002-2016.
Présentation de l’éditeur : « Un space opera coup-de-poing situé dans un futur lointain, celui du Système Mercantile, où le racisme, la guerre, l’esclavagisme et la corruption n’ont pas pris fin, bien au contraire.
Quand elle avait huit ans, Andrea Cort a été témoin d’un génocide. Pis, après avoir vu ses parents massacrés, elle a rendu coup pour coup. En punition de ses crimes, elle est devenue la propriété perpétuelle du Corps diplomatique. Où, les années passant, elle a embrassé la carrière d’avocate, puis d’enquêtrice pour le bureau du procureur. Envoyée dans un habitat artificiel aussi inhospitalier qu’isolé, où deux meurtres viennent d’être commis, la jeune femme doit résoudre l’affaire sans créer d’incident diplomatique avec les intelligences artificielles propriétaires des lieux. Pour ses supérieurs, peu importe quel coupable sera désigné. Mais les leçons qu’Andrea a apprises enfant ont forgé l’adulte qu’elle est devenue : une femme pour le moins inflexible, qui ne vit que pour une chose, « combattre les monstres ».
« 

Ma chronique :

Andrea Cort est une avocate du futur, propriété du Corps Diplomatique qui l’envoie de planète en planète s’assurer que les humains meurtriers d’un membre d’une autre espèce bénéficient d’un juste respect des lois, même si celles-ci impliquent la peine de mort. Dans une autre mission d’importance que nous découvrirons, son employeur lui demande de démasquer l’assassin. Revêche aux relations humaines, elle ressasse le génocide qui a marqué son enfance et auquel elle a participé, ainsi que sa jeunesse en prison. Un personnage a priori antipathique et froid, mais qui dévoile peu à peu au lecteur une grande intelligence et une sensibilité.

Ce premier tome en VF, publié début 2021, regroupe quatre nouvelles et un roman retraçant les enquêtes de l’héroïne. Ma critique suit l’ordre choisi par l’éditeur, et le plus gros morceau est pour la fin !

1. Les nouvelles :

Avec du sang sur les mains (With Unclean Hands, 2011) : ma première rencontre avec Andrea Cort, et coup de cœur ! L’avocate est chargée d’accompagner un criminel humain « offert » en échange de connaissances à une espèce pacifique en voie d’extinction, mais très avancée technologiquement. Andrea enquête pour comprendre le surprenant intérêt des Zinn pour cet assassin. Au-delà de la variation sur le thème des différences culturelles, ou plutôt ici des différences psychologiques entre espèces intelligentes, j’ai été impressionnée par la capacité de l’auteur à nous émouvoir pour une enfant si différente de nous. Les « sacs » qui gonflent, se dégonflent ou perdent du sang sont une magnifique allégorie des sentiments.

Une défense infaillible (Tasha’s Fail-Safe, 2015) : Andrea est appelée à la rescousse suite à la tentative de meurtre contre une collègue qu’elle n’apprécie guère (mais qui apprécie-t-elle ?), Tasha Coombs. C’est l’occasion de découvrir Nouvelle Londres, le monde-cylindre où elle vit et travaille, ses rapports avec son supérieur qu’elle déteste, des détails sur les technologies de ce futur et leur utilisation. Andrea est une personnalité complexe de plus en plus intéressante, qui maîtrise l’art des enquêtes fouillées et des interrogatoires.

Les lâches n’ont pas de secret, (The Coward’s Option, 2016) : Andrea est envoyée sur une planète glacée et inhospitalière pour s’assurer qu’un meurtrier humain, l’image même du « pauvre type », a été correctement jugé selon les lois, alors qu’il est condamné à mort par l’espèce indigène intelligente mais méprisante envers les humains. Le sadisme des Caiths atteint une échelle très élevée ! Le court récit est dense et offre beaucoup de surprises. Une plongée dans les arcanes juridiques de cet univers, accompagnée d’une réflexion sur les dérives possibles des moyens de contrôle des esprits déviants.

Démons invisibles (Unseen Demons, 2002) : Andrea se rend sur une planète où un humain a torturé et massacré des représentants de l’espèce locale. Problème ? Les Catarkhans sont incapables de communication avec les autres, au point de ne pas se rendre compte de la présence d’étrangers sur leur planète. Dans ce cadre, comment leur demander de constituer un jury et de désigner un juge pour traiter l’affaire ? Découverte d’une espèce étrange qu’on a envie de protéger en dépit de son indifférence, cette nouvelle explore aussi les limites de lois qui ne peuvent s’appliquer à tous les êtres intelligents si ces derniers vivent dans un univers qui leur est propre et auquel nous n’avons pas accès. La justification finale du titre suggère des perspectives vertigineuses.

2. Le roman :

Émissaires des morts, (Emissaries from the Dead, 2008) : suite des nouvelles précédentes, Andrea rejoint une mission sur – ou plutôt dans — un monde créé par les IA (Intelligences Artificielles), qui y ont même façonné une espèce intelligente : les Brachiens, proches de grands singes mais plus évolués, et se déplaçant dans des branches au-dessus d’une mer acide qui condamne à mort quiconque tombe. Au milieu d’une nature étrange où les repères habituels sont remis en cause, une femme humaine a été tuée. À son arrivée, Andrea apprend qu’un deuxième meurtre a été commis, mais pour des raisons politiques elle reçoit l’ordre de ne pas désigner les suspects les plus évidents, à savoir les IA. Car dans le Corps Diplomatique auquel appartient Andrea, la politique écrase parfois la justice, et les IA sont une « espèce » à part entière qu’il convient de ménager dans l’univers créé par l’auteur.

En parallèle de l’enquête sur les crimes, Andrea s’interroge sur le comportement des IA : pourquoi ont-ils révélé aux autres espèces intelligentes l’existence de ce monde — en réalité une immense construction qui protège des vies artificiellement créées — alors qu’elles auraient pu le cacher indéfiniment, tout en refusant la présence d’une vraie ambassade ?

Ce roman met encore plus en lumière ce qu’on ressentait à la lecture des nouvelles précédentes : un mélange de Space-Opera très inventif mêlé à des enquêtes poussées, une imagination débordante de l’auteur pour nous offrir des mondes et des espèces fascinants, un sens du dialogue qui confine parfois à la boxe entre deux protagonistes, des personnages divers et hauts en couleur, sans compter un scénario qui n’est pas cousu de fil blanc mais reste cohérent. Et c’est un grand plaisir d’avoir une héroïne qui possède une grande part d’ombre, à cause de son enfance, et qui peu à peu évolue. Andrea bénéficie d’une grande intelligence, une capacité de déduction hors norme, et, malgré sa misanthropie, elle apparaît plus humaine que maints de ses congénères.

Ce huis clos de l’espace est très addictif grâce à l’enquête dont le lecteur veut connaître le fin mot, tout en proposant des réflexions sur un futur avec des systèmes politiques qui offrent peu voire pas de libertés et qui sont pilotés par des entreprises, à tel point que les années se comptent en « système mercantile ». Dans ce contexte, les comportements humains sont poussés par des besoins basiques : survivre et durer. Une certaine vision de l’évolution de la civilisation qui déshumaniserait.

Andrea poursuit sa quête personnelle entamée lors de la dernière nouvelle : retrouver les Démons Invisibles. C’est la seule petite critique que je ferais à l’auteur : tenter d’expliquer l’inexplicable, parce que nous refusons d’admettre que la folie peut s’emparer des hommes… sans qu’ils aient besoin d’être poussés par des forces extérieures. Mais je chipote !

Des nouvelles et un roman hautement recommandables, et je suis ravie d’avoir découvert cet auteur.

Emissaires des Morts (Andrea Cort 1)
La Troisième Griffe de Dieu (Andrea Cort 2)
War of the Marionettes (non encore traduit) (Andrea Cort 3)

8 réflexions au sujet de “Emissaires des morts (Andrea Cort, Tome 1), d’Adam-Troy Castro”

  1. Ça fait donc un nouvel avis positif. Si mes comptes sont bons, on en est à « Avis positif : infini » contre « Avis négatif : 0 ». ^^
    Combien de temps avant que tu te lances sur le deuxième tome ? ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense d’ici la fin de l’été… si un jour je tiens mon planning de lecture !
      En réalité, j’ai mis dans ma PAL pas mal de titres de AMI, cette collection tient vraiment le haut du pavé et a gagné ses lettres de noblesse en peu d’années.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s