Classique, Historique, Jeunesse, Moyen-Âge

Ivanhoé, de Walter Scott

Mon avis : 9/20.

Genre : Roman Historique.
Première édition : 1819 (Ivanhoe).
Présentation de l’éditeur : « Situé à la fin du XIIe siècle, sur fond de conflit entre les Saxons et les Normands, le roman met en scène les combats du chevalier Ivanhoé pour maintenir son roi et bienfaiteur Richard Cœur de Lion sur le trône et sauver du bûcher la belle Rebecca. Paru en 1819, Ivanhoé est un formidable roman d’aventures où se succèdent les situations périlleuses et les péripéties, les trahisons et les passions. C’est aussi le modèle du roman historique : le Moyen Age que Scott représente sans l’idéaliser n’est ni sentimental ni légendaire mais fidèle aux connaissances historiques de son temps. La trame dramatique du roman est universelle : de la guerre vers la paix, du déchirement vers la réconciliation, voire vers le métissage entre des peuples hostiles. Du Moyen Age aux temps modernes, l’auteur représente un monde où, malgré ses horreurs et ses bassesses, héroïsme et justice sont possibles. »

Ma chronique :

En 1194, Cédric d’Ivanhoé, noble saxon renié par son père pour avoir soutenu le roi anglo-normand Richard Coeur de Lion, revient dans son pays clandestinement. Dans une Angleterre féodale fantasmée, il participe à un tournoi sous un nom d’emprunt…

Je n’ai pas réussi à apprécier ce roman que j’ai trouvé très daté, notamment à cause des personnages beaucoup trop archétypaux voire insipides. Écrit au début du XIXe, nous avons des nobles au cœur noble, des chevaliers à l’esprit chevaleresque jusqu’à la caricature, des méchants très méchants, ainsi que de nobles dames transparentes et sans intérêt. Dans le même genre, Alexandre Dumas sait beaucoup mieux susciter l’enthousiasme.

Seule la réinvention de Robin des Bois (un personnage secondaire) et de sa troupe, qui a « figé » le mythe et est devenue la référence en la matière, est truculente. À part cela, je n’ai jamais rien ressenti pour les autres personnages et leurs aventures.

À savoir cependant pour ceux qui découvriraient le livre : il contient quelques paragraphes sur les Juifs typiques des préjugés antisémites.

Mon avis : 9/20

3 réflexions au sujet de “Ivanhoé, de Walter Scott”

  1. Tout à fait, il faut le lire avec en texte le contexte non seulement nationaliste – il faut bien mais en valoir sa nation aux dépens des autres, mais aussi romantique avec un Moyen Âge clairement fantasmé.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s