Classique, Fantasy, High Fantasy, Jeunesse

Le Hobbit, de J. R. R. Tolkien

Genre : Fantasy.
Première édition : 1969 en VF (The Hobbit, or There and Back Again, 1937 en VO).
Présentation de l’éditeur : « Le hobbit Bilbo Bessac mène une vie tranquille, sans grande ambition, s’aventurant rarement au-delà de son logis, à Cul-de-Sac. Son existence se trouve soudainement perturbée par l’arrivée du magicien Gandalf qui, accompagné de treize nains, l’entraîne dans un long et improbable périple en direction de la Montagne Solitaire. Ils ont en effet pour dessein d’aller dérober le trésor de Smaug le Puissant, un énorme et très dangereux dragon…« 

Ma chronique :

Ayant été baignée pendant mon adolescence dans la science-fiction, puis ayant découvert la science-fantasy, j’ai sauté la case de la lecture des classiques de la fantasy, et en premier lieu Le Seigneur des Anneaux. Je comble mes lacunes, en commençant par le premier roman écrit dans cet univers (avant la saga principale, donc), à savoir le Hobbit. Tant qu’à faire, j’ai choisi la nouvelle traduction, celle de Daniel Lauzon, réputée être plus proche du texte original et intégrant les notes de Tolkien à l’attention des traducteurs.

Je ne vous ferai pas l’injure de présenter le Hobbit. Mais qu’en dire alors que tant a déjà été commenté sur ce roman qui fut longuement disséqué et analysé par des millions d’amateurs ?

Tout simplement : le bonheur de découvrir un texte merveilleusement bien écrit.

Le Hobbit, destiné à la jeunesse, est un voyage dans un monde rassemblant et réinventant les schémas de récits centenaires inscrits dans l’imaginaire collectif, mais aussi une prose ciselée inspirée des contes d’antan. Les thèmes, les personnages, les narrations : tout rappelle ces histoires qu’on raconte aux plus jeunes, mais agencées avec une exigence peu commune.

Des Hobbits, des nains, des elfes, des orques, des gobelins, quelques humains, une chasse au trésor à travers une forêt hantée, un voyage mouvementé jusqu’à la montagne où se cache Smaug le dragon : le lecteur prend plaisir à accompagner Bilbo le Hobbit, les treize nains, Gandalf et tous les personnages secondaires qu’ils rencontrent en chemin. Même l’inquiétant Gollum et l’anneau, éléments clefs de la saga principale, apparaissent ici.

L’auteur n’oublie pas de parsemer les chapitres d’humour, de suspens, de découvertes merveilleuses et de descriptions de défauts humains à travers sa vaste galerie de personnages.

Roman fondateur à lire avec une âme d’enfant, qui pose les bases d’un univers qu’on ne présente plus, qui se déguste page après page et qui a amplement mérité son statut de classique.

Autres chroniques dans la blogosphère : Xapur (version annotée), Tigger Lilly, Nevertwhere, Boudicca, Lorhkan.

4 réflexions au sujet de “Le Hobbit, de J. R. R. Tolkien”

    1. Oui, j’ai la trilogie dans la nouvelle traduction qui trône dans ma bibliothèque depuis un moment^^.
      Ensuite, je pense lire les autres textes dans l’univers. J’espère qu’ils me plairont aussi.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s