Contemporain

Les dernières marches, d’Alain-Adrien le Blanc

Genre : Littérature générale.
Première édition : 2021 en VF.
Présentation de l’éditeur : « Dans une petite ville du Quercy, une amitié fusionnelle lie deux garçons depuis l’enfance. Jusqu’à ce jour du vendredi 10 mai 1968 où va se produire l’impensable, un acte sauvage qui mettra en émoi la population locale, pulvérisera un amour fou et séparera à tout jamais, du moins le pensent-ils alors, les deux amis. De ce drame, qui aura crucifié l’espérance de vie et de bonheur d’une jeune femme, découleront le contenu et la forme des existences de chacun des deux anciens amis. Pour l’un ce sera le refuge dans l’errance; pour l’autre la fuite dans l’enfermement. Cinquante ans plus tard, les deux hommes se retrouveront dans cette petite ville du Lot, Figeac, où tout a commencé et où tout va devoir s’achever.« 

Ma chronique :

L’amitié exclusive de Renaud et Sammy, deux garçons ayant grandi à Figeac dans les années 50 et 60, tournera au drame et les marquera à jamais. En mai 68, Sammy a violemment agressé Elsa, l’amie de Renaud, la laissant pour morte sous un pont.

Ce roman est le témoignage de l’impact de cette tragédie sur la vie de Renaud et de Sammy, en revenant sur leur enfance, le début de l’âge adulte avant l’agression, le procès, et les dures années qui suivirent. De fréquents va-et-vient dans le temps, bien maîtrisés par l’auteur, mettent en miroir les espoirs brisés, alors que le monde continue à avancer sans eux.

Fort, puissant, émouvant, sensible, ce récit raconte le destin cabossé des deux hommes, leurs pensées, et leur isolement : pour Sammy l’isolement réel de la prison suivi de l’isolement comme refuge malgré la liberté retrouvée, et pour Renaud la fuite hors des villes pour une vie isolée loin du monde moderne.

La ville de Figeac, dans une moindre mesure celle de Toulouse, et les campagnes alentour sont des personnages qui accueillent ou rejettent les protagonistes, et le lecteur vit les longues marches en même temps qu’eux dans la chaleur du sud de la France.

Les caractères du réservé Renaud et du moins studieux Sammy sont disséqués ; leurs pensées et leurs déambulations dans cette vie ratée sont mises en scène dans un style introspectif qui se découvre avec fluidité et émotion.

Un livre marquant.

Je remercie Babelio et les éditions Tertium pour l’envoi de cet ouvrage, qui fut une belle découverte.

Autres chroniques dans la blogosphère : signalez-vous en commentaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s