Fantasy, High Fantasy

Waylander (cycle de Drenaï, tome 1), de David Gemmell

Genre : Fantasy.
Première édition : 2001 en VF (Waylander, 1986 en VO).
Présentation de l’éditeur : « Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d’ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté. Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ?… Après tout, est lui qui a assassiné le roi.« 

Ma chronique :

Ce roman, le troisième publié dans le Cycle de Drenaï, se déroule chronologiquement avant les deux précédents (Légende et Le Roi sur le Seuil). Waylander, guerrier et assassin, dont la famille a été tuée par une des hordes de soldats ravageant le pays, est un mercenaire qui a exécuté le roi. Désabusé, toujours fort mais se sentant vieillir, nous découvrons un homme qui n’attend plus rien. Mais au cours de ses pérégrinations, il va rencontrer diverses personnes qui le feront évoluer (évidemment, car Gemmell n’est pas un auteur pessimiste), et surtout il sera investi d’une mission cruciale pour que son peuple gagne cette guerre sanglante : s’emparer d’une mythique armure cachée dans une contrée ennemie.

Parlons d’abord des bons éléments : un univers dangereux à souhait, installant un décor de Dark Fantasy qui ravira les amateurs du genre, des personnages sombres ou gris (au début de l’histoire), des descriptions et une atmosphère qui nous plongent dans un monde dévasté par des groupes de soldats devenus des meutes qui tuent, violent et pillent. David Gemmel sait rendre crédible ce monde où peu d’espoir est permis, dans une ambiance de déliquescence où la mort est omniprésente.

Mais l’histoire elle-même est sans grand intérêt. Aucun enjeu ne ressort, et j’ai fini par être indifférente aux destins des personnages.

J’avais été emballée par la dernière trilogie de l’auteur (Troie), et j’avais apprécié ses deux premiers romans (Légende et Le Roi sur le Seuil). Mais là, patatras ! Je ne suis jamais entrée dans l’histoire : la faute à une trame où rien n’est mis en valeur, une narration qui survole les actions, et une longue suite d’événements collés les uns aux autres sans qu’aucun ne marque le lecteur. La multitude de personnages secondaires ne sert pas le récit, car peu d’entre eux sont mémorables ; j’ai parfois eu l’impression d’un scénario de jeu de rôle où seule comptait la castagne à chaque étape. La castagne, parlons-en : les scènes de bataille entre les armées et les combats avec les monstres sont expédiés en peu de paragraphes, un comble pour ce type de roman !

Quant au héros, Waylander — en charge d’une quête présentée comme essentielle pour vaincre l’ennemi — il entame son voyage pour trouver la mythique Armure de Bronze uniquement quand il le veut, c’est-à-dire très tard dans l’histoire. Et une fois que les « gentils » se sont emparés de l’objet tant convoité, celui-ci est exploité en deux phrases et son utilité s’arrête là. Euh ?

J’ai lu la seconde moitié en diagonale : même la fin ne m’a pas enthousiasmée. J’espère que les romans suivants relèveront le niveau (et mon intérêt pour poursuivre la saga).

Autres chroniques dans la blogosphère : Lutin / Albedo, Lorhkan, l’Ours inculte, Lorhkan,

Waylander (cycle de Drenaï 1, ordre de parution 3)
Waylander II (cycle de Drenaï 2, ordre de parution 5)
Waylander III (cycle de Drenaï 3, ordre de parution 9)
Druss la légende (cycle de Drenaï 4, ordre de parution 6)
la Légende de Marche-Mort (cycle de Drenaï 5, ordre de parution 7)
Loup-Blanc (cycle de Drenaï 6, ordre de parution 10)
Légende (cycle de Drenaï 7, ordre de parution 1)
Le Roi sur le Seuil (cycle de Drenaï 8, ordre de parution 2)
La Quête des héros perdus (cycle de Drenaï 9, ordre de parution 4)
Les Guerriers de l’hiver (cycle de Drenaï 10, ordre de parution 8)
Les Épées de la nuit et du jour (cycle de Drenaï 11, ordre de parution 11)

Publicité

2 réflexions au sujet de “Waylander (cycle de Drenaï, tome 1), de David Gemmell”

    1. Certains de ses romans sont très bons, mais je ne te conseille pas de commencer par Waylander.
      Si tu aimes les romans historiques, essaie sa trilogie Troie (Le Seigneur de l’arc d’argent, Le Bouclier du tonnerre, La Chute des rois). Ce sont ses derniers romans (il est mort pendant l’écriture du dernier, et sa femme l’a terminé). J’avais pris beaucoup de plaisir à lire sa réinvention de la guerre de Troie.
      Je n’ai pas encore lu tous ses romans de Fantasy, mais le premier qu’il a écrit (Légende) est intéressant, dans le genre d’une Fantasy classique.

      J’aime

Répondre à Avin Morganex Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s