Hard-SF, Science-Fiction

Seul sur Mars, d’Andy Weir

Genre : Science-Fiction.
Première édition : 2014 (The Martian).
Présentation de l’éditeur : « Mark Watney est l’un des premiers humains à poser le pied sur Mars. Il pourrait bien être le premier à y mourir.
Lorsqu’une tempête de sable mortelle force ses coéquipiers à évacuer la planète, Mark se retrouve seul et sans ressources, irrémédiablement coupé de la Terre.
Pourtant Mark n’est pas prêt à baisser les bras. Ingénieux, habile et terriblement têtu, il affronte un par un des problèmes insurmontables. Parviendra-t-il à défier le sort ? Le compte à rebours a déjà commencé…
« 

Ma chronique :

Après avoir vu et apprécié le film, j’ai eu envie de découvrir le roman qui a donné lieu à cette adaptation cinématographique.

Une violente tempête de sable oblige une équipe d’astronautes à quitter précipitamment Mars. Pendant l’évacuation, Mark est frappé par la parabole, et ses coéquipiers ne parviennent pas à le repérer tant la visibilité a disparu. Le croyant mort, ils abandonnent dans l’urgence la planète rouge. Mark revient à lui peu après, seul, sans communication, et sans suffisamment de nourriture pour attendre la mission suivante.

Présenté principalement comme le journal de bord de Mark, le roman est à la fois de la hard science-fiction et bourré d’humour. Le protagoniste ne baisse jamais les bras et réalise l’impossible grâce à des connaissances scientifiques et une mentalité de bricoleur hors-norme, occasion pour le lecteur de se remémorer quelques bases de la biologie, de la chimie ou de la physique. Mais le récit est croustillant grâce à aux remarques humoristiques de Mark qui égayaient le journal de bord et en rendent la lecture très plaisante.

En parallèle, l’auteur nous décrit les réactions des scientifiques et des politiques quand ils découvrent que Mark est toujours vivant, seul sur Mars. Une formidable énergie collective va se lever pour aider Mark, parfois mis à mal par des considérations manquant d’empathie.

Le roman est aussi un hymne à l’esprit humain, celui qui ne s’avoue pas vaincu et qui cherche des solutions en dehors des cadres, qui s’appuie sur la science et l’inventivité, et qui puise au fond de lui-même pour s’en sortir dans les situations les plus difficiles. On termine le livre le sourire aux lèvres !

10 réflexions au sujet de “Seul sur Mars, d’Andy Weir”

  1. J’avais été assez déçu du film sur le coup car je trouvais Mark hyper dépressif comparé à celui du roman. Mais comme j’ai revu le film vingt fois depuis, c’est que je dois l’apprécier 🤔

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que quand on voit un film après avoir lu le livre, on est souvent déçu, car on s’attend à voir exactement le livre, alors que c’est une autre œuvre.
      J’avais beaucoup aimé le film, et c’est pour cela que j’ai lu le livre.

      J'aime

    1. Disons que le scénario du film respecte bien le livre, c’est plutôt fidèle.
      J’ai vu le film il y a un moment, je ne me souviens plus s’il a autant d’humour que le livre ; donc j’ai du mal à te répondre ;-(

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s