Historique, XIXème - XXème

Belgravia, de Julian Fellowes

Mon avis : 16/20.

Genre : Historique.
Première édition : 2016 (Belgravia).
Présentation de l’éditeur : « Derrière les portails ouvragés de Belgravia, les ragots fusent depuis qu’une famille de parvenus s’est infiltrée dans ce quartier de l’upper class.
15 juin 1815. Tandis que les troupes de Napoléon sont en marche, la jeune Sophie Trenchard ne peut cacher sa joie. Issue d’une famille d’intendants, la voilà invitée au bal de la duchesse de Richmond, l’évènement qui réunit la plus brillante société de Grande-Bretagne à Bruxelles. Elle espère surtout y croiser le beau Edmund Bellasis, le meilleur parti du moment. Mais la soirée est interrompue par l’annonce d’une bataille imminente : Waterloo. Vingt-cinq ans plus tard, les Trenchard se sont installés à Belgravia, bastion londonien de l’aristocratie. Mais un scandale passé menace leur insolente réussite…
Diplômé de Cambridge, Julian Fellowes est acteur, auteur, metteur en scène et producteur, récompensé de multiples fois. Il est l’unique scénariste et le producteur exécutif de la série à succès Downton Abbey pour laquelle il a reçu trois Emmy Awards. Il est aussi le scénariste de Gosford Park de Robert Altman, pour lequel il obtint l’Oscar du meilleur scénario en 2002, et l’auteur de trois romans : Snobs, Passé imparfait et Belgravia.« 

Ma chronique :

J’ai eu envie de lire ce livre puisqu’il a été écrit par le scénariste de Downton Abbey et Gosford Park, et parce que la série dérivée sera bientôt sur nos écrans.

Après un début à Bruxelles en 1815, où les militaires de l’aristocratie anglaise se rendent à un bal la veille de Waterloo, nous nous retrouvons en 1840 à Londres et surtout dans le tout récent quartier huppé de Belgravia, devenu fief de la noblesse la plus distinguée. Les Trenchard, associés à la construction de Belgravia mais considérés comme parvenus, gardent un secret de famille pour ne pas nuire à leur nouvelle place sociale et préserver la mémoire de leur fille Sophia. Mais elle ne peut s’empêcher d’aider un fils de révérend, Charles Pope, jeune entrepreneur prometteur. Pendant ce temps-là, la haute société mène une vie de bals, d’après-midi de thé, d’entretiens de domaines et de chasses. Mais elle cache en son sein des caractères orgueilleux, sûrs de leur rang, avides ou pris du démon du jeu.

C’est avec plaisir qu’on découvre des personnages assez marqués, entre le marchand qui rêve d’être admis dans le beau monde, l’épouse lasse de cet espoir vain, la comtesse dédaigneuse, le neveu héritier cupide ou encore le beau-frère dont le cœur est rempli de rancœur. Comme Downton Abbey, les domestiques ne sont pas oubliés, mais ils sont moins présents.

Les différences sociales et les difficultés à monter l’échelle des castes sont le nœud de l’intrigue, ainsi que la réputation qui fait ou défait les destins. Même si l’auteur a bâti sa carrière sur les scénarios et non les romans, celui-ci se lit avec facilité.

Mon regret est que la trame est cousue de fil blanc, beaucoup trop même. De plus, plusieurs personnages qui auraient dû garder leurs distances avec Charles Pope — si on compte sur les mentalités de l’époque — finissent par l’accueillir avec bonheur ; et le retournement de situation final est bien opportuniste. En réalité, c’est un roman historique qui lorgne la romance historique sans jamais l’assumer. Heureusement, les personnages restent attachants, et le lecteur ne leur veut que du bien !

Un récit qui s’avère agréable, même si un peu plus de réalisme n’aurait pas permis ce Happy End sans nuances.

Mon avis : 16/20.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s