Planet-Opera, Science-Fantasy, Science-Fiction

Le Secret de Sinharat (Le Livre de Mars, tome 2), de Leigh Brackett

Genre : Science-Fantasy.
Première édition : 1969 en VF (The Secret of Sinharat, 1964 en VO).
Présentation de l’éditeur : « Quel secret se cache derrière les yeux d’or de Delgaun, le seigneur de Walkis, la cité maudite des terres martiennes ? Quels liens mystérieux l’unissent à Berild, la reine aux cheveux de flammes ?
Agent au service de la police de contrôle terrienne, Eric John Stark a été engagé comme mercenaire avec d’autres chefs barbares par Delgaun. Celui-ci se prépare à entraîner son peuple de misère, les habitants des Terres Sèches, à la conquête des riches États-Cités. Mais un étrange pressentiment envahit Stark : les chefs de cette armée prête à se lancer dans une guerre qui va ensanglanter la moitié de la planète semblent victimes d’une puissance diabolique…
Stark découvrira-t-il la vérité dans Sinharat, la ville de corail où les Rama, ces êtres qu’on disait dis­parus depuis des milliers d’années, ces immortels voleurs de vie, ont enfoui le secret du Transfert des Esprits ?
« 

Ma chronique :

Repartons sur Mars, dans sa version fantasmée par Leigh Brackett dans les années 50-60. Ce roman constitue le deuxième volet de la saga disponible en intégrale sous le titre Le Grand Livre de Mars.

Quelle ne fut pas ma surprise de lire une histoire qui se déroulait dans le même univers, mais pas avec les mêmes personnages, ni dans la même époque. Cette fois-ci, nous sommes dans un futur indéterminé, où les descendants d’anciens peuples martiens vivent sur une planète desséchée et recouverte pas les ruines des civilisations disparues.

L’auteure a toujours ce talent pour nous décrire un univers pittoresque mais appauvri, où on sent à chaque détour de ruelle le souvenir d’un passé glorieux.

Le fugitif Eric Stark est rattrapé par son ancien mentor devenu policier. Celui-ci lui propose d’infiltrer des malfrats qui menacent la paix sur la planète en cherchant à attiser la révolte chez les peuples indigènes. Dès le premier chapitre, je retrouve un des défauts que j’avais relevé avec le premier roman : la cohérence scénaristique est faible. Eric accepte sa mission dangereuse sans broncher et sans même s’être assuré que les poursuites contre lui seront abandonnées. D’autres rebondissements dans l’intrigue sont du même acabit, et les motivations des personnages sont parfois peu convaincantes.

Malgré tout, on suit les péripéties du héros, car Leigh Brackett nous propose une pure aventure et un moment d’évasion au milieu du désert. Le chef des malfrats utilise les vieilles superstitions pour tromper son peuple, dans une ambiance de western mâtinée d’orientalisme.

Comme le premier tome, les personnages sont très archétypaux et old school. Je trouve toujours étrange de constater que des auteures ont pu construire des caractères masculins et féminins bourrés des clichés de la vieille SF !

Malgré tout, l’univers est sympathique, et je lirai la suite de cette saga. Pour le dépaysement.

L’Épée de Rhiannon (Le Livre de Mars, tome 1)
Le Secret de Sinharat (Le Livre de Mars, tome 2)
Le Peuple du talisman (Le Livre de Mars, tome 3)
Les Terriens arrivent (Le Livre de Mars, tome 4)

4 réflexions au sujet de “Le Secret de Sinharat (Le Livre de Mars, tome 2), de Leigh Brackett”

  1. J’ai le cycle en rayonnages version Presses Pocket et Albin Michel (épées et dragons) mais je ne l’ai jamais lu. La chro que tu en fais me pousse à le lire en ayant réussi à éveiller ma curiosité. Le site « Le Belial » laisse apparaitre sur l’article consacré à l’auteure qu’elle, je cite, « évoque la planète rouge avec une puissance poétique digne de Ray Bradbury, dont elle fut l’amie et la confidente alors qu’il rédigeait les « Chroniques martiennes » ». Quelles influences de l’une à l’autre et inversement ? Je ne connais pas Brackett mais, là aussi, le rapprochement m’attire, même si les deux œuvres semblent se poser sur deux registres très différents..

    J'aime

    1. Je n’ai pas (encore) lu les Chroniques Martiennes de Ray Bradbury, je ne peux donc pas te répondre.
      Cette saga reste une lecture agréable par les temps qui courent. Un peu d’évasion ne fait pas de mal, et tant pis si le scenario et les personnages ne sont pas exempts de défauts.

      J'aime

Répondre à FeyGirl Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s