Non-Fiction, Témoignages

Avenida Vladimir Lénine, de Constance Latourte

Mon avis : 14/20.

Genre : Témoignage.
Première édition : 2019.
Présentation de l’éditeur : « Clémence, une jeune cinéaste française, part au Mozambique pour réaliser son premier documentaire. Seule, sans expérience ni budget, elle veut recueillir le témoignage de Chiliens qui, exilés de la dictature de Pinochet dans les années 1970, sont allés se mettre au service de la révolution dans cette ancienne colonie portugaise et ont participé à la construction du jeune État indépendant.
À travers le récit de cette quête parsemée d’embûches digne de Lost in la Mancha, Constance Latourte brosse un portrait haut en couleur de Maputo et du Mozambique. Elle retrace aussi l’histoire méconnue d’une génération d’idéalistes qui a fui une dictature pour traverser les rêves et les désillusions suscités par la révolution mozambicaine.
Avenida Vladimir Lénine est son premier roman.
« 

Ma chronique :

Je remercie les éditions Intervalles et Babelio pour l’envoi de ce livre.

Présenté comme un « premier roman », il est en réalité le carnet de voyage de l’auteur – qui se rebaptise Clémence pour l’occasion – partie au Mozambique pour réaliser un documentaire sur les exilés révolutionnaires chiliens accueillis dans ce pays dans les années 70 et 80. Clémence arrive seule à Maputo, sans budget ni contacts, et sans vraie idée de scénario pour son projet.

La grande qualité de ce livre est son écriture extrêmement fluide qui, couplée à des chapitres très courts, nous offre un vrai « page turner ». L’auteur arrive ainsi à nous intéresser aux plus petits détails de sa vie sur place, et à nous rendre compte de l’ambiance qui l’entoure.

Nous découvrons avec elle le délabrement des infrastructures, la chaleur, et surtout la corruption qui gangrène le pays, des forces de l’ordre aux administrations. J’ai été étonnée qu’aux premiers temps de sa présence dans ce pays, Clémence ne semble pas réaliser pas que les demandes des policiers soient des bakchichs, comme si elle avait encore la naïveté d’une Européenne. La jeune réalisatrice perd un temps fou à obtenir des autorisations qu’elle ne peut pas « payer » car elle n’a pas de soutien financier.

Elle arrive peu à peu à contacter des Chiliens, la plupart se montrant chaleureux voire amicaux. J’ai été amusée de constater que ces anciens révolutionnaires aux convictions sincères avaient parfois des employés de maison ou des chauffeurs. Mais au détour de certaines conversations perce la désillusion face à la montée de l’insécurité dans ce pays qu’ils ont voulu aider à construire ou face aux promesses non tenues, comme ce professeur d’université qui attend le billet promis pour rentrer chez lui. En effet, ces déracinés aiment le Mozambique, mais certains désirent rentrer « chez eux ».

J’aurais aimé, toutefois, que l’auteur nous livre quelques réflexions sur la situation politique ou sociale dans le pays… car combien de lecteurs français connaissent le Mozambique ? C’est le principal regret que j’ai eu à la lecture de ce livre, j’aurais aimé y apprendre des informations sur le contexte. Il faut faire des recherches sur internet pour apprendre que le Mozambique est l’un des pays les plus pauvres du monde. Toutefois, à la fin du livre le sujet de la dérive totalitaire du début des années 80 est rapidement évoqué, Clémence se remémorant une interview qu’elle avait faite au Chili. Avec le témoignage précédent du vieux professeur bloqué dans le pays, c’est un moment fort du livre, mais fugace quand on comprend que les exilés chiliens préfèrent ne pas prendre position.

Il n’en reste pas moins que ce fut une lecture très agréable, qui donne envie de voir le documentaire que cette jeune auteure a réalisé malgré les embûches.

Mon avis : 14/20.

1 réflexion au sujet de “Avenida Vladimir Lénine, de Constance Latourte”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s