Non-Fiction, Témoignages

Pleure, Ô Reine de Saba ! : Histoires de survie et d’intrigues au Yémen, de Khadija Al-Salami

Mon avis : 13/20.

Genre : Biographie.
Première édition : 2006 (The Tears of Sheba, Tales of Survival and Intrigue in Arabia).
Présentation de l’éditeur : « Femme au caractère bien décidé, Khadija al-Salami a été formée à la rude école des décapitations publiques et des roquettes qui fauchent des innocents. Dans une société maîtrisée par les hommes, elle a su se faire une place, exister, être respectée au point de représenter aujourd’hui son pays à l’étranger. C’est sa vie qu’elle nous raconte ici. Enfance pauvre à San’â dans les années 1960, études suivies avec acharnement, bourses pour l’étranger, travail à la télévision yéménite. Au fil de moments burlesques dans les villages de montagne ou de dettes de sang réglées en territoire bédouin, le lecteur deviendra familier d’un pays fort méconnu, de son peuple et de son histoire, tout en frémissant sur le destin des petites filles qu’on marie à onze ans, ou en lisant l’épisode du viol d’une jeune femme qui la condamne à mort. Les hommes ne sont pas absents, avec leurs querelles personnelles finissant en conflits tribaux, les vengeances entre familles qui jouent un rôle dans la politique nationale. Pour introduire un personnage dans son récit, homme politique notoire ou parent éloigné, Khadija al-Salami évoque les imams bornés, mais aussi la prise de position du Yémen dans le conflit irakien, en passant par le marxisme du Yémen-du-Sud, la révolution des années 1960, l’intervention de Nasser au Yémen et le jeu des puissances occidentales. Le cadre, somptueux ou âpre, est celui d’un pays qui en a fait rêver plus d’un : maisons superbes de San’â, villages perchés, plaine étouffante de la Tihâma, et le désert des environs de Ma’rib, là où vivait la reine de Saba.« 

Ma chronique :

J’ai eu envie de lire ce livre, car j’ai récemment eu l’opportunité de voir un des documentaires de l’auteure, Moi Nojoom, 10 ans divorcée, sur l’histoire vraie d’une fillette yéménite mariée à 10 ans.
L’auteure a elle-même été mariée et divorcée à 11 ans. Elle a eu la chance de s’en sortir et de vivre la vie qu’elle s’est choisie, grâce à sa force de caractère, mais aussi grâce à des liens familiaux et amicaux lui ouvrant la porte des études à l’étranger. Ce livre retrace son histoire et ses rencontres.

Il m’a permis d’approfondir ce que j’avais entrevu lors du documentaire, à savoir la culture et la vie quotidienne au Yémen. Ses descriptions des campagnes et des villes m’ont vraiment rappelé ce que j’ai vu dans le film. J’ai visualisé la terre, les pierres, les maisons carrées, les animaux, les villes et les villages. J’ai imaginé les réunions familiales où le repas est partagé avec les hôtes.

L’auteure en profite pour nous raconter l’histoire récente de ce pays, que nous connaissons très mal en Occident : les conflits incessants entre les tribus, les luttes de pouvoir où les Etats étrangers tentent d’asseoir leur influence, les guerres meurtrières du XXème siècle. Le livre se termine peu après 2000, soit bien avant le conflit dévastateur actuel qui entraîne une famine atroce.

Elle nous décrit la vie et la prise de décision de certains hommes haut placés dont elle a recueilli des témoignages grâce à son réseau. J’ai eu plusieurs fois le sentiment d’un manque de recul ou d’objectivité, tant certains personnages sont décrits comme glorieux, braves, justes, et toujours très respectables, alors que d’autres hommes seraient faibles, traîtres ou machiavéliques… On comprend peu à peu que l’appartenance à une tribu est fondamentale, et je me suis demandé si cela n’influençait pas l’opinion de l’auteure, qui elle-même vient d’un clan.

Ces pages d’Histoire sont mélangées à des récits de vie quotidienne parfois durs, quand un homme d’importance se fait assassiner en rentrant chez lui, victime d’une vengeance ou d’un complot politique, ou quand un autre décide de prendre une deuxième femme laissant la première mourir de chagrin… Décrits sur un ton d’anecdote. Comme si c’était arrivé, mais on passe à autre chose. La vie des grands politiques ou des chefs militaires est mélangée au récit de la vie personnelle de l’auteure et de ses proches, ce qui rend l’ensemble un peu confus, surtout quand il y a des retours en arrière dans le temps.

Quant à la vie des femmes au Yémen, elle reste difficile, dans un pays où des fillettes peuvent être mariées jeunes… La jeune voisine adolescente a été violée. Mais dans ce monde, le viol n’existe pas, c’est la jeune fille qui s’est déshonorée. L’oncle de l’auteur décide de protéger l’honneur de sa propre famille en évitant que le même drame arrive. Donc il marie sa nièce pré-pubère. Le plus affreux, est que l’adolescente a été considérée comme coupable par ses propres parents et a été enfermée dans une pièce jusqu’à sa mort quelques mois après dans des circonstances douteuses. L’auteure écrit « Pour ma part, j’étais convaincue que la jeune fille avait dit la vérité, même si son histoire paraissait peu vraisemblable ». Dans quel pays un viol ne paraît pas vraisemblable?

On découvre les traditions sur le mariage où la femme (ou la jeune fille) ne s’appartient pas, les héritages ne sont pas toujours égalitaires, mais aussi où la puissance de certaines familles reste dans un esprit très clanique. On comprend que si l’auteure vient d’un cercle familial pauvre, elle a pu tracer son chemin non seulement grâce à son acharnement à faire des études, mais aussi parce que des cousins éloignés connaissaient les bonnes personnes qui ont pu lui faciliter sa carrière, dans un univers où le nom et les relations comptent.

J’ai trouvé dommage que pour expliquer les raisons de la condition des femmes, l’auteure évoque les traditions ancestrales, mais s’attache à exonérer la religion, alors que sur cette thématique les religions exercent toujours une forte emprise. Mais ceci serait l’objet d’un autre débat. Toutefois, elle conclue heureusement sur la nécessité pour les filles d’acquérir une instruction et une éducation pour s’émanciper.

En résumé, ce livre aurait pu être formidable si l’auteure avait su prendre avec plus de recul les témoignages recueillis, le poids de la religion, sa propre vision influencée par ses liens familiaux et sa tribu… Et si le récit était mieux construit, car vers la fin j’ai eu l’impression que tout était mélangé, entre les débuts de sa carrière, son mariage, et à nouveau des témoignages d’untel ou untel sur un événement qui s’est déroulé 20 ans auparavant.

Malgré mes réserves, j’ai été contente de lire ce livre, qui m’a permis de découvrir un monde si éloigné du nôtre, et qui nous rappelle que l’égalité homme-femme et la liberté des femmes ne vont pas de soi.

Mon avis : 13/20.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s